Chateau

L'histoire du Château du Rouvray

 

Le Château du ROUVRAY fût construit en 1876, au cœur d'un domaine boisé de 25 hectares dominant les méandres de la Seine. Monsieur VACHOT, architecte, confia balcons, lucarnes de toit, épis de laitage et la girouette au Maître Ferronnier Ferdinand MARROU. Ce dernier était déjà reconnu de tous depuis un demi-siècle, ayant signé de nombreux ouvrages de ferronneries et de métal et repoussé notamment les quatre clochetons fixés au bas de la flèche de la Cathédrale de ROUEN.

 

Le Domaine fût acquis par deux collectionneurs rouennais, les frères Eugène et Auguste DUTUIT. Tous deux passionnés d'art antique entreposèrent leurs joyaux au Château.

En cette aube du XXème siècle, le Château du Rouvray fût laissé en déshérence jusqu'en 1910. Jules Edmond LAINE, fasciné par la pureté de ses lignes l'acheta, puis le céda ensuite Charles DEFIVES. Puis le domaine tomba en 1925, dans le patrimoine de l'originale Basuela ORTEZ. Celle-ci sortait les nuits avec ses chiens pour tirer des coups de fusil. De cette époque date le surnom de « Château de la Folle ».
 

 

Dans les années 50, différentes œuvres et collectivités utilisèrent régulièrement le Château, lui conférant ainsi un caractère social.

Renouant avec sa vocation de lieu de réceptions et de fêtes, le Château du Rouvray fût l'écrin durant 20 ans et jusqu'à l'orée du XXIème siècle, de toutes sortes de banquets, séminaires, mariages sous l'impulsion de Monsieur BOIVIN, alors propriétaire.
 

C'est cette activité que prolonge aujourd'hui le Groupe AUBERGES & CHÂTEAUX (également propriétaire du Domaine du l'Auberge du Lac).  Depuis 2001, d'énormes travaux de rénovation ont été entrepris pour redonner faste, lustre et brillance à un magnifique domaine, le Château du Rouvray. Avec en point d'orgue, l'ouverture d'une dizaine de chambres fin 2010 – début 2011.

 

 

L'origine de "La Maison Brûlée"

Niché sur les hauteurs de Moulineaux, le Château du Rouvray se trouve sur le lieu-dit de "La Maison Brûlée".

vue sur la Bouille et le bac
Vue sur la Bouille et le bac

Au 19ème siècle, les relais étaient très nombreux et jalonnaient les routes reliant les villages. ils assuraient la présence de chevaux en même temps qu'une source d'animation et de mouvements pour le pays.  Les différents entre relais voisins étaient nombreux.

 

Le Carrefour de la Maison Brûlée doit son nom à un épisode qui opposa les aubergistes de la Bouille à ceux du plateau.

 

Le propriétaire d'une auberge, en haut de la côte, avait obtenu le transfert du relais des diligences de la Bouille à son profit.  Sa maison fût incendiée dans la nuit du 7 au 8 avril 1808. Les aubergistes de la Bouille furent accusés, puis relaxés.

 

Une collecte permit au propriétaire malheureux d'ouvrir un nouvel hôtel sous le nom de l'Hôtel de la Maison Brûlée.  Le lieu-dit porte désormais ce nom.

 

 

 

Information